Sélectionner une page

Bien que la situation des enfants en République dominicaine ne soit pas dramatique, elle reste tout de même mitigée. En effet, certains enfants, issus de familles riches sont clairement avantagés tandis que les enfants issus des familles pauvres connaissent des conditions de vie beaucoup plus dures. De plus, beaucoup de leurs droits ne sont pas respectés. D’après la carte des Droits de l’Enfant dans le monde de 2016, la République dominicaine se classe parmi les pays qui ont des problèmes sensibles vis-à-vis de ces droits fondamentaux. Cependant de nombreux acteurs tentent d’améliorer les choses, comme François Marland qui a financé un orphelinat à Saint-Domingue pour aider les enfants dans le besoin.

Les principaux problèmes rencontrés par les enfants en République dominicaine

En République dominicaine plus de 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Bien évidemment, cette situation se répercute sur les enfants qui souffrent de différents problèmes : accès aux soins, à l’éducation, travail, discrimination, etc.

Même si l’accès aux soins à clairement augmenté dans ce pays, tous les enfants n’en profitent pas. Les familles les plus pauvres, par exemple, n’y ont pas encore accès à cause de leur coût et de leur couverture sociale marginale. De plus, le SIDA étant encore très largement répandu en République dominicaine, de nombreux enfants se retrouvent orphelins avec, pour seule perspective, un avenir très sombre.

Au niveau de l’éducation, il faut savoir que plus de 10% des enfants dominicains ne sont pas scolarisé. De plus, seuls 60% d’entre eux achèvent leur cursus scolaire. La faute à un enseignement de mauvaise qualité et à un problème d’accès à l’éducation pour les familles rurales et les enfants migrants.

Ensuite, les discriminations sont aussi importantes dans ce pays envers les enfants. Les filles ne disposent réellement pas des mêmes droits que les garçons et les enfants haïtiens, qui fuient leur pays, ne sont pas traités sur un pied d’égalité par rapport à ceux originaires de la République dominicaine.

Enfin, de nombreux autres problèmes sont à dénoncer dans ce pays : maltraitance et abus, travail des enfants (un enfant sur dix est obligé de travailler en République dominicaine), exploitation sexuelle des enfants, mariage forcé (40% des jeunes filles sont contraintes de se marier avant leur 18 ans) et droit à l’identité (un quart des naissances ne sont pas déclarées).

La fondation Sonrisa de Niño de François Marland et Jean-Maurice Marland

Pour aider ces enfants, François Marland et son frère, Jean-Maurice Marland, ont monté de toute pièce la fondation Sonrisa de Niño. Depuis 2006, l’orphelinat accueille des enfants en grandes difficultés souvent promis à un avenir terrible.

Grâce à cette fondation, ils bénéficient d’un cadre « familial » et ont accès à l’école. Tous les enfants sont scolarisés à l’école publique et, d’ailleurs, six d’entre eux se préparent à entrer à l’université. Les frères Marland étudient même différents moyens pour continuer à les aider dans leurs études supérieures.